fbpx

Grossesse, phytothérapie et aromathérapie, sont-ils vraiment incompatibles ?

Grossesse, phytothérapie et aromathérapie, sont-ils vraiment incompatibles ?
26 février 2021 Claire Mathis

Rencontre avec Sabrina phytothérapeute et aromathérapeute

Il est courant de penser que l’aromathérapie et la phytothérapie sont fortement déconseillés pendant la grossesse. Les grandes idées reçues : une femme ne devrait pas ingérer d’huile essentielle, toutes les plantes ne sont pas bonnes; beaucoup de futures mamans analysent la composition des produits de beauté et rejettent tout ce qui en contient. Pourtant les plantes sont naturelles et sont un bon moyen de se soulager. Nous avons rencontré Sabrina pour démêler le vrai du faux. Alors, plantes ou pas plantes en étant enceinte ?

1. Sabrina, tu as travaillé pendant 10 ans dans le domaine de l’Emploi & la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise), pourquoi as-tu voulu devenir phytothérapeute et aromathérapeute ? 

J’ai adoré mon précédent métier qui m’apportait beaucoup de satisfaction à travers les contacts humains et le fait de travailler sur la question du bien-être au travail. Mais en parallèle, dans ma vie personnelle, cela faisait de nombreuses années que je m’intéressais à l’aromathérapie, en préparant mes produits d’hygiènes, et au végétal de manière générale, par l’alimentation et le jardinage. Cela m’a petit à petit amenée à me former à l’École des Plantes de Paris en botanique et, en plantes et santé (Phytothérapie). Après ces 3 années d’études supplémentaires, j’ai décidé d’ouvrir mon cabinet afin de conseiller mes clients sur leur bien-être à travers l’utilisation des plantes médicinales (consultations, ateliers de fabrication de remèdes à base de plantes, balades botaniques urbaines, intervention en entreprises, formation, mais aussi, vente de tisanes et d’huiles essentielles).

Prendre soin des autres a toujours été important pour moi.

2. On parle de soigner avec les plantes, mais peux-tu nous dire exactement ce que signifie la phytothérapie et l’aromathérapie ? 

La phytothérapie (“phyto” = plante) est une médecine traditionnelle ancestrale basée sur l’utilisation des propriétés pharmacologiques naturelles des molécules contenues dans les plantes. Certaines de ces propriétés sont également utilisées par la médecine allopathique, c’est-à-dire la médecine occidentale pour la confection de médicaments synthétiques.

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie. C’est l’utilisation de l’essence des plantes aromatiques. L’huile essentielle étant une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide obtenu par distillation de plantes aromatiques à la vapeur d’eau (feuilles, fleurs, écorces, graines, tiges, etc.).

Outre les tisanes et les huiles essentielles, la phytothérapie, c’est aussi l’utilisation d’autres formes galéniques de la plante comme les huiles végétales, les teintures mères, les onguents, les pommades, les hydrolats (eaux florales), la gémmothérapie etc.

Un professionnel vous guidera dans le choix galénique en fonction de votre personnalité, de votre identité, de vos habitudes de vie, de ce que vous souhaitez traiter, etc.

3. Quels sont les bienfaits de la phytothérapie

Avec la phytothérapie, on prend en compte la globalité de la personne, c’est-à-dire que le praticien s’intéresse à l’hygiène de vie globale afin de rééquilibrer, à travers les plantes, des dysfonctionnements ou tout simplement, faire de la prévention et améliorer son bien-être. Avant de s’intéresser aux symptômes, il s’intéresse aux causes et aux origines des maux afin de les traiter.

Quelques exemples de domaines d’intervention : problématiques de sommeil, douleurs musculaires, dorsales, articulaires, maux de tête récurrents, maux de ventre, stress, fatigue chronique, troubles féminins, troubles urinaires, troubles ORL, problèmes de peau (acné, eczéma, psoriasis,…), accompagnement suite à un burn-out, ou à un changement de vie important (comme une reconversion professionnelle) ou simplement des conseils pour améliorer sa forme et son bien-être (prévention contre les infections de l’hiver, gardez son tonus, etc.).

4. Nos futures mamans se le demandent, peut-on utiliser la phytothérapie pendant la grossesse et l’allaitement ? 

Certaines plantes peuvent être utilisées à certains moments de la grossesse. Le plus important est de ne jamais utiliser ou consommer de plantes (quelle que soit sa forme : huile essentielle, tisane, teinture mère, etc.) sans l’avis d’un spécialiste. En effet, certaines molécules sont totalement à proscrire durant la grossesse, d’autres le sont que durant le 1er trimestre, 2e ou 3e trimestre. La phytothérapie est une science, elle ne peut être traitée à la légère. J’aime rappeler que « naturel » ne veut pas dire « sans danger ».

5. Pendant la grossesse, à quel moment peut-on venir te voir ? Est-ce que le papa peut lui aussi venir ? 

Les futurs parents peuvent venir me voir, par exemple :

  • au moment du projet de grossesse afin de rééquilibrer le système hormonal si besoin, le système nerveux en cas de stress ;
  • Lors du 1er trimestre, les femmes peuvent venir pour soulager en douceur les petits maux du quotidien (nausées, fatigue, …) ;
  • au 2e trimestre pour prendre soin de sa peau (circulation, petits boutons, relâchement de la peau, …) ;
  • au 3e trimestre, pour préparer le corps à l’accouchement.
  • Les plantes peuvent aussi aider à l’allaitement.

Il est également important de prendre soin de soi après l’accouchement, lors du post-partum. Les plantes peuvent accompagner les jeunes mamans à retrouver petit à petit de l’énergie, prendre soin du petit bassin qui a bien travaillé pendant les 9 mois précédents, de la confiance en soi (je propose des séances de relaxation à travers l’olfactothérapie pour les hommes et les femmes. Pendant 30 minutes, nous travaillons sur la respiration et je diffuse des huiles essentielles apaisantes du système nerveux).

On peut aussi venir me voir pour les bébés et les enfants.

6. As-tu une plante miracle à nous partager pour éviter les nausées ? 

Oh oui. Je l’ai souvent utilisée pendant ma grossesse, car j’étais très très sujette aux nausées : « l’huile essentielle », plus précisément, l’essence de Citron (Citrus limonum). À respirer (1 à 2 gouttes sur un mouchoir) dès que la nausée monte, sa douce odeur apaise tout de suite la sensation désagréable de la nausée. Les odeurs jouent un rôle primordial dans le bien-être physique et psychologique et c’est prouvé scientifiquement !
Encore une fois, ne pas s’appliquer l’huile essentielle ou l’ingérer sans recommandation d’un spécialiste (au moment de la grossesse, certaines pathologies, font que toutes les personnes ne pourront pas utiliser de la même manière cette huile essentielle).
On peut aussi consommer des tisanes ou jus de citron pour compléter l’effet externe avec de l’interne. Pour celles qui n’aiment pas l’odeur ou le goût du citron, il existe d’autres plantes et formes de plantes pour lutter contre les nausées.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à vous inscrire à nos ateliers sur cette thématique.

Vous souhaitez rencontrer Sabrina, voici son site internet.
Sabrina RAGHEB, Naturopathe à Paris : Prenez rendez-vous en ligne (doctolib.fr)

Le petit mot de BébéSoon

Chaque future maman est unique, ne prenez pas pour argent comptant ce que vous lisez sur les réseaux sociaux. Des professionnels qualifiés, certifiés, diplômés, sont aptes à vous conseiller au mieux sur les disciplines qui vous ressemblent. C’est votre grossesse, prenez là en main, et modelez là à votre image. On est là pour vous orienter et vous informer.