fbpx

Grossesse en Allemagne avec Anne

Grossesse en Allemagne avec Anne
8 mai 2020 Claire Mathis

Rencontre avec Anne,

J’ai le plaisir de vous faire voyager en Allemagne destination Trèves pour vous partager l’expérience d’Anne. Anne est ma correspondante allemande, nous nous sommes rencontrées au collège lors d’un voyage scolaire et depuis nous sommes toujours restées en contact.
Anne a accouché récemment d’une petite fille. Avide de curiosité, je lui ai posé quelques questions sur sa grossesse.

 Le suivi de grossesse outre-Rhin :

1. En Allemagne dès que la grossesse est confirmée, la future-maman reçoit un livret de grossesse : Mutterpass. A quoi sert-il?

Le « Mutterpass » est un petit livret que tu dois toujours avoir avec toi. Dans celui-ci se trouvent tout d’abord des informations de base sur la future-maman (groupe sanguin, teneur en fer, statut immunitaire, etc.). Pendant toute la grossesse le Mutterpass sert à mettre toutes les informations comme rendez-vous médicaux. Le médecin note le poids de la mère, la tension artérielle, la position du bébé, … Au retour à la maison, on n’arrive pas vraiment à tout comprendre à cause des 100000 abréviations !

Juste avant l’accouchement, on donne le Mutterpass à l’hôpital de sorte qu’il puisse directement contrôler et préparer tout ce qui est nécessaire pour la future-maman et le bébé. Si jamais une mère souffre par exemple, d’un diabète pendant la grossesse, l’hôpital sait directement quoi faire ou contrôler. Après l’accouchement, l’hôpital complète le Mutterpass. Et si jamais on oublie son premier accouchement et on décide d’avoir un deuxième enfant, le livret offre suffisamment de place à une deuxième grossesse. Pour le troisième et le quatrième, il faut avoir un nouveau Mutterpass 😉

Comme c’est un document que tu as toujours avec toi, beaucoup de femmes aiment bien acheter des couvertures comme celle-ci : https://www.etsy.com/de/listing/779348968/mutterpass-kirschbluten?ref=shop_home_active_1.

2. Avec qui et comment se déroulent les cours de préparation à l’accouchement? J’ai lu de certains cours ont lieu le soir ou le weekend.

On peut faire les cours de préparation à l’hôpital avec n’importe quelle sage-femme ou chez la sage-femme qui vous accompagne après l’accouchement. Il existe des cours intensifs pendant un week-end mais aussi des soirées. Pour ma part j’ai décidé de suivre les cours en soirées chez ma sage-femme. On était un petit groupe de six pendant 7 jeudis (19-21 h) pour parler de la naissance, de ce qui se passe ensuite de couches etc. Pour la dernière séance, les partenaires nous ont accompagnées, nous avons parlé de la naissance et des soins pour le bébé.

La sage femme avait toujours préparé du thé et des biscuits de sorte que cela soit vraiment des soirées conviviales.

3. Quelle est la place du futur papa pendant toute la grossesse?

En ce qui nous concerne, nous avons décidé de partager autant que possible cette préparation. Le futur papa m’a accompagnée à presque tous les rendez-vous médicaux de sorte que nous partagions des moments magnifiques comme les premières pulsations cardiaques et la révélation du sexe : nous avons dû attendre de longues semaines avant de savoir que c’était une fille.

Je ne sais pas ce que mon gynécologue en pense, mais il me semble que c’est devenu normal que les futurs papas participent plus qu’autrefois. A la soirée de préparation à l’accouchement mon mari en savait le plus parce qu’il avait lu environ vingt livres (j’exagère peut-être un peu), tout le monde s’est bien amusé.

4. L’Allemagne compte 150 maisons de naissance alors qu’en France nous sommes encore très frileux avec seulement 9 maisons de naissance. Dans quel type de structure as-tu accouché? Comment as-tu choisi?

Oui, les maisons de naissance me semblent être de plus en plus à la mode. Dans mon entourage, je ne connais qu’une seule maman qui a accouché dans une maison de naissance et ça s’est très bien passé pour elle et son bébé. Il faut peut-être dire que c’est son deuxième enfant.

Moi, je n’ai pas osé accoucher juste à l’aide d’une sage femme loin d’un médecin même si traditionnellement ce n’étaient que les sages-femmes qui s’occupaient des accouchements. (Fun Fact : En Allemagne, une sage femme a le droit de faire un accouchement seule, mais un médecin est obligé de le faire à l’aide d’une sage-femme !).

Notre petite fille, « Charlotte » est née à l’hôpital qui se trouve à environ deux kilomètres de chez nous. Nous avons choisi cet hôpital pour sa proximité et son service de soins pédiatriques. Même s’il n’y avait aucun problème annoncé, cela m’a rassurée.

Pendant la grossesse, les différentes maisons de naissance et les hôpitaux organisent des soirées pour présenter le déroulement et l’organisation.

A la maternité :

1.L’Allemagne met plus en avant l’accouchement naturel alors que la France prône la péridurale. Quel a été ton choix ? et comment cela s’est-il passé?

En Allemagne, je pense que l’idée générale c’est d’accoucher naturellement. On ne peut pas juste exiger une césarienne sans indication médicale. Par contre un accouchement naturel et la péridurale ne se contredisent pas à mon avis et c’est la combinaison que j’ai choisi après trop peu de sommeil et trop d’heures de contractions. Tout ce que le personnel médical a proposé était pour le bien du bébé.

2. Certaines maternités possèdent une « salle d’allaitement » en quoi cela consiste?

Pendant la deuxième nuit à l’hôpital j’y suis allée parce que j’avais tellement mal et je ne savais pas si la petite prenait assez. Là, il y avait les infirmières puéricultrices qui se sont occupées des bébés et en même temps des mères qui avaient des problèmes d’allaitement – mais quelle mère n’a pas de problème tout au début ?! Elles m’ont proposé de donner du lait supplémentaire ce que je voulais éviter, et m’ont donné une compresse en disant « ça va aller mieux ». J’étais un peu déçue parce que normalement il y a des vraies conseillères d’allaitement, mais pendant mon séjour à la maternité il n’y en avait aucune…

3. Comment as-tu été accompagnée pour ton allaitement à ton retour à la maison?

Le jour après notre retour à la maison, ma sage femme est venue et m’a donné quelques conseils en ce qui concerne l’allaitement. Ma mère a toujours dit « ça va aller, continue, ça va aller mieux » 😉 et elle avait belle et bien raison. Je pense que ce qui m’a sauvée était une combinaison de compresses et de quelque chose qui s’appelle Silberhütchen. Ce sont des petits « chapeaux en argent ». (Ils ne me paient pas pour que je fasse de la pub ;-))

Retour à la maison

1.Quel a été ton suivi après la maternité ?

Notre sage femme est venue pendant environ 6-7 semaines. Au début, elle venait tous les deux jours, mais elle a vite réduit parce que la petite grandissait bien. Pendant toute la période d’allaitement, j’ai eu le droit de la contacter et de lui demander conseil. Normalement, elle organise un cours de gymnastique de rééducation au cadre duquel on a la possibilité de lui poser encore des questions et d’échanger nos idées avec d’autres mères. Dû à la situation avec le covid 19, elle n’a pu  organiser ce cours, mais aucun problème de la contacter de 6 à 22 heures.

 Photo Bia bee